Ancien mal dans sa peau devient expert en séduction ? (partie 1/9)

mal dans sa peau

Ancien mal dans sa peau devient expert en séduction ? (partie 1/9)

 

Je m’appelle Loup. Quand j’étais jeune, j’étais timide et mal dans ma peau.

Aujourd’hui après un dur développement personnel, je suis heureux et épanoui.

J’ai accompagné des centaines d’hommes désireux de se mettre en couple ou de profiter au mieux de leur célibat pour faire de belles rencontres.

Je suis devenu un expert en séduction et en développement personnel ! J’aime ma vie actuelle, les femmes que je rencontre et mes amis, ma famille, ma copine .

 

Comment ai-je effectué cette transition ?

Je vais vous raconter mon histoire et mon parcours, celui qui m’a permis de changer et d’avoir la vie de mes rêves et des relations épanouies tant avec les femmes qu’avec les gens en général.

Cela pourrait, au début, être l’histoire de beaucoup d’adolescent, peux-être que tu vas même te reconnaitre dans cette histoire…

L’histoire commence avec un adolescent seul, rejeté et victimisé à l’école et dont les parents se séparent…

 

 

Ancien mal dans sa peau devient expert en séduction (partie 1/9)

 

 

L’adolescence et la séparation

 

Tout a commencé quand j’étais adolescent, vers mes 15 ans… J’ai grandi et vécu toute ma jeunesse en France à Paris. Je n’avais aucun problème particulier au niveau financier venant d’une famille plutôt aisée. Je n’avais jamais eu de relation avec des femmes.

Quand mes parents se sont séparés je suis devenu très mal dans ma peau. J’avais peur des autres, peur du rejet et de ne pas être accepté.

Contrairement à d’autres qui ont des problèmes de timidité, moi j’étais aussi et plutôt coincé par mon “ultra-sensibilité”. Je n’avais clairement aucune confiance en moi.

Mon problème pourrait s’appeler le syndrome du “mal dans sa peau ».

J’étais également “trop gentil” ! Dès que je parlais avec une femme, ma peur s’amplifiait, mon image de moi-même était catastrophique et du coup je m’enfermais chez moi et j’évitais au maximum les autres pour ne pas être rejeté.

A la sortie des cours, je rentrais le plus vite possible chez moi.

 

 

Victime et célibataire

 

Comme les jeunes ont tendance à se tester et comme mon malaise était palpable, très vite beaucoup de mes camarades ont commencé à sentir ma peur et à en profiter. Je pensais à cette époque que le problème venait d’eux alors qu’il venait en réalité bien plus de moi, lorsque l’on est mal dans sa peau, ça se voit et ça se ressent…

Comment peut-on demander aux autres de nous aimer quand on ne s’aime pas soi-même ?

Je n’avais pourtant aucun complexe particulier sur mon physique (poids, taille) ou mes origines qui aurait pu entrainer ce rejet si violent. Le problème venait de moi et de ma peur !

On m’a éduqué avec de fortes valeurs humanistes de respect de l’autre, hommes et femmes confondus.

Pour moi la femme était comme une princesse qu’il fallait idolâtrer et sublimer.

Je prenais du retard et mes camarades au lycée commençaient à flirter pendant que je me renfermais encore davantage sur moi-même.

 

 

Le milieu “technique” des hommes

 

ingenieur geek

 

C’est ce qui m’a emmené par la suite à faire des études d’ingénieur. J’étais du coup dans un milieu très masculin avec des classes dont 90% étaient composées d’hommes.

J’étais déjà bien en retard dans mes relations avec les femmes.

J’ai attendu longtemps avant d’avoir ma première copine, mais pire que ça, c’était les femmes qui me choisissaient et je n’étais donc jamais à l’origine d’une rencontre…

Je choisissais donc par défaut ou même pire, quand elles venaient me parler, nous finissions amis.

Parfois elles s’éloignaient de moi par crainte d’être exclue des autres en ma compagnie…

 

J’étais trop gentil et casanier. Je restais chez moi à travailler comme un fou devant mon ordinateur au lieu de développer mes compétences sociales.

On ne m’avait pas appris à l’école l’intelligence émotionnelle ni à contrôler et à gérer mes émotions.

J’ai donc, comme tout adolescent frustré, abreuvé d’images de femmes et d’images virtuelles pour compenser ma frustration. Je ne vivais que dans ce monde virtuel d’internet ou je parlais avec des hommes sur les mêmes éternels sujets liés au milieu technique : informatique, industrie, mécanique, électronique, jeux vidéos.

Je sortais peu car j’étais mal à l’aise en groupe et mes amis n’étaient pas nombreux. De plus, ils étaient tous comme moi…

C’étaient des amis timides qui n’avaient également que très peu de succès avec les femmes, des « geeks » comme on les appelle.

Mon meilleur ami était comme moi, mal dans sa peau. Les jeux vidéos étaient nos seuls loisirs.

Je ne faisais pas de sport ou d’activités collectives qui m’auraient aidé à rencontrer des femmes.

 

 

Les débuts de séducteur infructueux

 

J’ai essayé brièvement les sites de rencontre de l’époque mais je n’avais également que très peu de succès et je ne comprenais pas pourquoi. J’en ai eu marre.

J’étais, au mieux, ami avec les femmes quand elles s’intéressaient à moi.

Le pire c’est que même quand je finissais après des efforts démesurés par avoir une opportunité avec une femme comme j’habitais chez mes parents je ne pouvais pas ou n’osais pas l’inviter. Je n’osais pas non plus aller essayer d’aller chez elle car j’avais bien trop peur… Je m’habillais plutôt mal ou comme tout le monde.

Il faut parler également de mon enfance. Ma mère était très protectrice et m’a enseigné à être un homme gentil avec les femmes.

L’adolescence que je vous ai décrite et mes parents qui se sont séparés ont créé un complexe d’abandon et de rejet.

Je n’assumais pas ma sexualité, c’était un sujet tabou. Séduire, pour moi, c’était mal !

Séduire me semblait une forme d’agression et je confondais bêtement « harcèlement » avec « faire connaissance ». Mon éducation judéo-chrétienne y était certainement pour quelque chose.

Je n’ai pas été élevé dans une famille ultra religieuse mais cinq ans de catéchisme moralisateur m’avaient conduit à penser que le sexe et la séduction étaient des péchés.

Même si tout cela était inconscient, il n’en reste pas moins que pour moi la femme devait être traitée avec beaucoup de respect, comme si elle était une sorte de sainte toujours gentille et bienveillante.

Mon côté fleur bleue était largement alimenté par le complexe de la princesse charmante des contes de fée… Une idéalisation ridicule du grand amour et de la princesse charmante.

J’avais toujours étais fasciné par les femmes, ces créatures qui ne se moquaient pas de moi mais qui étaient inaccessibles…

J’étais un suiveur, trop influençable et trop sensible…

 

 

La décision de changer

 

changer en séduction

 

En réalité, je n’avais juste que peu ou presque pas d’expérience et personne pour m’aider et m’expliquer ce que je pouvais faire. A un autre niveau, ma vie sociale était catastrophique…

Après un an de relation en école d’ingénieur avec une femme qui ne me plaisait pas vraiment mais avec qui je restais faute de mieux, c’est à dire que c’était la seule qui m’avait draguée et bien voulu de moi, je n’en pouvais plus.

C’est ce choc émotionnel qui m’a enfin décidé à changer !

J’ai me suis promis d’améliorer ma confiance, ma motivation et d’apprendre à séduire. J’ai décidé de mieux communiquer. Je rencontrais des obstacles majeurs dans ma communication.

J’ai fait un énorme travail sur moi pour être ce que je suis aujourd’hui, un expert en séduction et développement personnel qui a coaché plus de 100 hommes sur le domaine sentimental afin qu’ils puissent se mettre en couple ou simplement qu’ils soient plus à l’aise dans leurs relations avec les femmes.

Etre mal dans sa peau n’est pas une identité.

Si vous en avez marre d’être l’ami, marrer d’être célibataire et marre d’être avec des femmes qui ne vous plaisent pas, cliquez ici

J’ai donc tapé « séduire » puis « avoir confiance en soi » sur internet….

Comment j’ai appris à séduire les femmes ? Qu’est ce qui s’est passé après et qui j’ai rencontré ?

 

 

 

 

ET TOI ?

Ecris moi ton expérience en séduction en dessous ou donne moi ton avis.

 

 

Mal dans sa peau n’est que la première étape d’un long processus qui m’a permis d’être moi-même heureux et avec des femmes que j’aime.

Vous voulez savoir la suite : Mon parcours du combattant dans l’art de séduire (Partie 2/9)

 

 

Loup : Ton expert en séduction avec le développement personnel

Loup

Loup : Expert en séduction avec développement personnel à Paris

Laissez votre message