Comment être bien dans sa peau ?

de Arnaud Beaufils

Au cœur de la société actuelle, l’estime de soi est un enjeu majeur. Avoir confiance en qui l’on est pour avoir confiance dans ce que l’on fait, telle est la recette du succès. Le succès 3.0.

 

Comprendre ses besoins intérieurs pour

s’intégrer dans le monde extérieur

En médecine, les plus brillants chirurgiens réfléchissent bien avant d’utiliser leur bistouri. Une fois les symptômes identifiés, il faut identifier la source du mal : où se situe la tumeur. Il en va de même pour le développement personnel. Certains sont profondément complexés par leur poids ou leur apparence. Ils se rendent rapidement compte que leurs efforts pour perdre du poids ou prendre du muscle ne satisfont pas leurs besoins les plus importants. Abraham Harold Maslow, célèbre sociologue du début du XXème siècle, y a consacré une étude appelée « pyramide de Maslow ».

Maslow

Regardez bien en bas de la pyramide : quels sont vos besoins primaires ? La recherche de validation, le besoin de reconnaissance… Une fois que vous avez réussi à remplir votre estomac, trouver un toit et vivre une vie biologique adaptée, vous constatez que de nouveaux besoins non-accomplis causent votre mal-être. Alors sortez le bistouri et agissez sur le mal en laissant de côté les symptômes( « je me trouve pas beau », « j’ai pas confiance en moi », « je suis timide »), aussi douloureux soient-ils. Penser aux vrais besoins permet de s’accepter soi-même. Et cela porte un nom : la confiance en soi.

La « confiance en soi », éternelle rengaine

On vous rabâche sans cesse qu’il faut avoir « confiance en vous ». Mais cela ne vous parle pas. Le mécanisme est pourtant simple. Vous êtes réservés ? Soyez réservés. Vous êtes un canasson équato-guinéen ? Restez-le. Se donner du mal pour être quelqu’un d’autre est d’une futilité extrême. Soyez simplement naturels. A l’instar du célèbre Albert Brennaman dans le film « Hitch », comprenez que danser sur Usher en imitant le pizzaiolo plaira davantage à la jolie blonde que jouer des rôles de pseudos séducteurs. Marylin Monroe disait :

« L’imperfection, c’est la beauté, la folie, c’est le génie. Il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux ».

Oubliez les concepts et sortez. Amusez-vous, rencontrez du monde, rêvez, voyagez. Créez un sport, si cela vous chante. L’invention du bobsleigh acrobatique, ça fait bien sur le CV.

La solution miracle n’existe pas. Il faut comprendre qui vous êtes, et le montrer. On veut VOUS voir, les femmes veulent VOUS voir. Aimez-vous. Un célèbre philosophe d’origine suédoise disait :

« Est-ce que je crois en Dieu ? Je crois en Zlatan ».

Vous avez de nombreuses raisons de vous aimer. Au moins autant que ce génial footballeur au physique ingrat, en perdition sociale pendant son enfance avec des parents absents, un grand nez et un frigo vide qui est devenu le meilleur. S’il y a quelque chose que vous feriez si vous étiez sûrs de réussir, sortez et faites-le.

Au lieu de vous demander comment maigrir et de vous interroger sur votre virilité, cherchez le Zlatan au fond de vous.  C’est dans l’adversité que l’on se retrouve, c’est dans la simplicité qu’on avance. Plaire aux filles, satisfaire votre libido, avoir une vie professionnelle aboutie, un cercle social dans lequel vous vous sentez à l’aise…tout cela tient à votre self-esteem. Car vous n’aurez de réussite professionnelle qu’en croyant en vos décisions, vous ne plairez aux filles qu’en sachant que vous faites le poids, vous n’aurez des amis qu’en détournant le regard de vos complexes. Vous avez la clé, à vous d’ouvrir la porte.

 

« Il n’y a pas de faibles, il n’y a que des gens que ne savent pas ce qu’ils valent » – Daniel Pennac

Auteur : Arnaud Beaufils

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *