“Notre meilleur voie vers la santé consiste à élargir notre sentiment d’identité” de Richard Moss

Cet article traite :

  • de trois niveaux de la communication : l’identité, les valeurs et les routines,
  • de comment développer une identité pour s’aimer et être aimer pour ce qu’on est,
  • de comment se poser les bonnes questions,
  • de pratiquer des activités qui nous correspondent,
  • d’améliorer sa communication en transmettant les bonnes valeurs avec les bons mots.

 

Les mots et leurs impacts

En voyageant j’ai bien vu que les gens réagissent de la même manière au même mot.

Les mots sont magiques, ils provoquent des images dans notre tête.

Quand on parle de « France » en Amérique latine, il y a d’abord la vision de la Tour Eiffel suivi du romantisme et parfois Sarkozy qui a marqué les esprits outre-Atlantique. Quand on parle de voyages en France, on s’imagine par exemple, des îles paradisiaques, la mer bleue turquoise et les cocotiers, nous en train de se siroter un bon petit cocktail détendu dans un hamac.

En répétant des phrases apprises par cœur on provoque des réactions automatiques basées sur le stimuli-réponse. C’est l’inconscient collectif qui répondra. Les mots sont importants et le fait de les répéter donne conscience de comment les gens y réagissent. Taper sur “Google image” un mot et les premières images représenteront l’inconscient collectif : pour “épanouissement” c’est l’image d’une personne les bras grands ouverts! “Bienvenue je suis liiiiiiibrrre!!!”

 

Cependant les mots sont censés transmettre les valeurs qui sont les nôtres. S’il n’y a pas l’âme et l’énergie de la vie dedans, ils n’ont pas de saveur.

Toute personne attentive fera plus attention à l’énergie transmise qu’aux mots utilisés. Elle cherchera le sens entre la personne et ces propos. C’est la notion de l’intégrité, la congruence, la cohérence entre le personnage et son discours.

 

Les valeurs nous représentent

Si on reste sur des mots appris par cœur (routines) et qu’on n’ose pas improviser, c’est qu’on ne comprend les valeurs que l’on transmet derrière nos mots.

« J’aime courir tous les jours 1h puis méditer chez moi, c’est vraiment incroyable ! »

On peut sentir ici une personne sportive (courir 1h), qui aime le calme et réfléchir (méditer chez moi) et enfin enthousiaste (incroyable).

Les valeurs transmises sont les traits de caractère : indépendant, respectueux, rebelle ou même sensible. Elles sont des qualificatifs tels qu’artiste, ouvert, timide ou même carrément fou! Elles doivent être les nôtres car elles sont beaucoup plus perceptibles que les mots utilisés. Elles sont par ailleurs aussi communiquées par le langage du corps. En transmettant les valeurs qu’on désire, on donne la bonne image qu’on veut de nous même : notre éthique, nos codes, nos règles de vie.

La somme des valeurs transmises par les mots et les gestes, c’est l’identité.

 

L’identité ou ce qu’on est vraiment : un individu unique

Regarder

  • ce chanteur à qui tout le monde veut parler après le concert,
  • ce roboticien qui se fait applaudir après avoir gagné le concourt de robotique,
  • ce comique qui signe des autographes après son one man show,
  • ce danseur de salsa avec qui les femmes veulent danser,
  • ou encore ce journaliste dont on s’arrache les articles.

Ils font ce qu’ils aiment et c’est ça qui plait : c’est la passion, l’authenticité du travail accomplie. “Pas de plaisir sans effort” car c’est le chemin parcouru vaut plus que la récompense. On n’est jamais aussi attirant que quand on fait des activités qui nous ressemblent.

Une identité congruente est quelqu’un qui restera en phase avec ses valeurs, fausses ou justes, peu importe les circonstances. Cela ne veut pas dire qu’il/elle ne peut pas changer ou s’adapter à une situation. Cependant son identité est suffisamment forte pour que l’environnement ne puisse pas l’affecter dans sa façon de se voir et de voir les autres. Si sa vision change, c’est alors son caractère entier qui s’alignera avec ses nouvelles croyances.

Une part du charisme c’est quand une personne ne retourne pas sa veste, ne montre pas un masque de complaisance pour faire plaisir, mais garde simplement sa vision que cela plaise ou non.

A l’inverse « Un humain qui perd son identité n’est plus un humain. Il devient un animal. » La Lionne blanche.

 

L’intérêt du « Pourquoi » à la place du « Comment » ?

Sur Internet, j’ai vu que quand on dit « telle phrase » c’était mystérieux. Il faut que je l’utilise pour plaire plus.

Un(e) ami(e) m’a vu(e) danser alors pour plaire aux femmes (hommes) il(elle) va tenter de danser alors qu’il n’aime pas ça et ça ne lui correspond pas…

Mes parents m’ont conseillé ces études, c’est là qu’il y a le plus d’opportunités. Je veux faire autre chose mais c’est ce que je « dois faire pour assurer mon avenir» !

 

Ces phrases montrent le décalage entre plaire aux autres quitte à sacrifier une part de ses envies ou les reporter à plus tard. C’est mettre un masque sur son originalité face à la possibilité de vivre ses rêves.

  • Que se passe-t-il si au lieu d’essayer d’être intéressant, on l’est vraiment, si au lieu d’essayer de plaire on a vraiment des activités attirantes qu’on aime ?
  • Pour qui fait-on notre vie ? Pour les autres ou pour soi ?

Beaucoup d’apprentissages commencent par l’aspect technique (le comment) au lieu de se poser la question de l’envie (le pourquoi).

Faire quelque chose sans savoir si l’on en a envie, ni en comprendre l’intérêt fait perdre le naturel. Répéter des structures de pensées qui ne nous correspondent pas apporte un masque sur la spontanéité et l’originalité. Une façon pour trouver de l’inspiration est de se poser les bonnes questions, lire et utiliser des sources multiples pour produire sa propre création.

Pour conclure : Les routines, les valeurs et l’identité

Quand on manque d’identité (de personnalité), il est bon de se construire des valeurs. Quand on manque de valeurs, il est bon de commencer par utiliser les bons mots et les routines pour en comprendre le sens.

A l’inverse il est mauvais d’utiliser des routines sans en comprendre le sens au risque de transmettre des valeurs qui ne sont pas les nôtres.

Une bonne communication est quand l’identité est suffisamment claire pour être transmise de manière efficace à l’environnement.

Avec une identité forte, des croyances fortes et une foi inébranlable que les choses vont changer, alors oui, les changements s’opèrent rapidement. Il faut encore ne plus compter les heures de travail passées dans ce qu’on aime, mais comme on dit « quand on aime on ne compte pas »!

Pour résumer :

  • Avec les bonnes questions sur nos envies et nos valeurs on améliore notre identité dans la direction qu’on veut qu’elle prenne. Qui es-tu? Que veux-tu? Allez, un peu de questions existentielles!
  • Le fait de répéter des phrases apprises par cœur est utile si l’on en comprend le sens et qu’elles s’alignent avec notre identité. Pareil pour toutes activités, formations, études, métiers qu’on peut exercer.
  • Faire des activités qu’on aime augmente notre “niveau d’être” et transmet une énergie attirante,
  • Quant on fait une action le “Pourquoi” importe bien plus que le “Comment”,
  • Pour se démarquer, il faut savoir que « c’est de l’identité qu’est née la différence »Heins Pagels

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *