L’art de séduire est un art à part entière, il se pratique et se perfectionne

 

C’est ce que j’ai compris à la fin de ma relation et pendant mes années d’apprentissage de la séduction. J’ai appris l’art d’aborder et conclure avec des inconnues. J’ai cru détenir la vérité. Et j’ai compris les avantages, les limites et les failles de cette communauté secrète sur la séduction. Je vous les présente dans cet article.

Dans la partie 1 j’étais mal dans ma peau, timide et j’avais peu de relations avec les femmes, c’étaient elles qui me draguaient et  je n’étais pas amoureux… Tout à commencé quand j’ai tapé “séduction” sur internet et je suis tombé sur un article qui me parlait de “nice guy”, l’histoire d’un mec trop gentil…

 

 

 

L’article choc : le nice guy (gentil garçon)

 

C’était un article exagéré qui racontait l’histoire d’un mec qui embrasse une fille en boite et fait tout pour la revoir. Il la revoit et la complimente, lui offre des cadeaux et un restaurant… Et elle s’enfuit et ne veut plus de lui ! Il pense qu’il faut être gentil avec les femmes et devient mielleux, soumis et attentionné. Elle le prend pour un gros lourd désespéré et ne veut plus en entendre parler.

 

J’ai pris ma première claque sur mes croyances en séduction ! Cet article fut une épiphanie pour moi ! La femme n’est pas une princesse et si on l’a considère comme telle, elle s’enfuit. 

 

Je m’en suis pris d’autres par la suite. J’avais peu d’expérience avec les femmes et surtout des foireuses. J’ai compris que j’étais trop gentil et qu’on m’avait souvent manqué de respect. J’ai décidé de prendre une revanche sur la vie, de rattraper mon retard. C’était puéril mais j’étais en mission, celle qui m’a poussé à me dépasser. J’ai commencé à regarder tous les forums, livres et blogs sur la séduction.

 

 

Les forums, blogs et livres sur la séduction

 

Ces articles me disaient aussi autre chose… Il fallait être un connard, un homme sans scrupule qui enchaine les conquêtes. Ce message est rentré dans ma tête comme une bombe et a pris longtemps avant d’en sortir. Comme la plupart des débutants, j’ai passé la première année sur les blogs et les forums. J’ai appris quelques trucs mais surtout beaucoup de théorie qui généralisait un cas particulier à l’ensemble de la séduction.

 

Selon les séducteurs de cette communauté, il fallait coucher avec un maximum de femmes notées de 1 à 10 le plus vite possible et de préférence les plus belles possibles !

 

Les dés étaient lancés ! Beaucoup d’apprentis séducteurs pensaient détenir le saint Graal de l’art de séduire. Certains connaissaient cinquante fois plus de théorie que moi sans n’avoir jamais eu aucune relation…

 

J’étais dans un monde de geeks de la séduction frustrés qui s’acharnent sur de la théorie pour ne pas agir ! De la même manière qu’on n’apprend pas à faire du sport en lisant des livres, on n’apprend pas la séduction sur des forums !

 

Ces hommes se cachaient derrière un écran et commentaient les histoires des autres pour éviter de se confronter à eux-mêmes et à leurs peurs d’approcher une femme. Après avoir lu cinquante livres et passé des heures sur les forums, je me suis rendu compte que pour progresser il me fallait passer à l’action dans la vraie vie.

 

gentil garcon

 

 

Rencontre des vrais séducteurs (Player, pua et coach en séduction)

 

J’ai rencontré les séducteurs (gamers) et suite à cela j’ai enchainé les petites histoires foireuses. Petit à petit, j’avais un peu plus de succès mais des relations éphémères. C’était libérateur ! On me donnait le droit d’aborder, le droit d’être responsable de ma vie et d’aller de l’avant ! J’ai rencontré plein de mecs plus bizarres et paumés les uns que les autres mais qui décidaient de reprendre leurs vies sentimentales en main. On passait la journée à aborder des femmes dans la rue puis à essayer d’en embrasser d’autres en boite de nuit. J’évoluais donc dans une communauté secrète avec des codes et un langage spécifique pour parler des femmes et un processus avec des étapes à suivre, comme dans un jeu vidéo !

 

Mon art de séduire était meilleur bien que totalement formaté… J’en ai conclu qu’il me fallait progresser et j’ai rencontré les meilleurs du domaine : les professionnels de la séduction (puas) et les coach. Un après-midi un coach en séduction m’a appelé. Il avait eu mon numéro par un ami et m’a retourné le cerveau en m’expliquant que j’allais avoir des centaines de conquête, des femmes toutes plus belles les unes que les autres, des plans à trois et des montagnes d’orgies. J’étais naïf, j’ai dit oui et j’ai acheté une formation de coaching séduction.

 

 

La formation

 

Les coachs avaient un bon marketing et jouaient avec la preuve sociale comme un aura pour masquer leur incompétence. Ils donnaient des conseils pré-formatés à appliquer comme s’il n’y avait qu’une unique façon de draguer… La force du groupe permettait de se motiver. On se baladait de saint Michel à Saint Paul en répétant des stupides phrases apprises par cœur comme des robots, sans grand succès. C’était les bases d’un jeu qui n’avait rien à voir avec ma vie et que j’allais appliquer bêtement durant deux ans peu importe le contexte.

Les puas et coachs enseignaient que l’homme est supérieur à la femme et encourageaient une compétition stupide et acharné pour savoir qui est le plus fort pour coucher le plus vite avec les femmes les plus belles, pour savoir qui est le “mâle dominant ?! (Qui a la plus grosse ?! 😉 )

J’ai appris des techniques interdites de manipulation liées à l’hypnose et la PNL : la micro-calibration pour suivre et anticiper tout les mouvements de la femme et la macro-calibration pour juger de la prochaine étape à suivre pour coucher avec elle : la logistique. J’ai appris des centaines de phrases par cœur et à simuler mes émotions comme un masque sur mon visage. J’embrassais des filles rapidement, rien ne pouvait m’arrêter. Je me suis amélioré pour arriver à embrasser deux filles en même temps en soirée, coucher en deux heures avec une parfaite inconnue abordée dans la rue ou l’inviter à boire un verre puis l’embrasser en moins de trente minutes. J’arrivais à faire l’amour dans les toilettes des bars, en boite ou même prendre cinq numéros en trente minutes. Tout les prétextes étaient bons pour se dépasser.

 

 

Ce monde de séducteurs

 

Il voulait donc conquérir la femme et décortiquer, déshumaniser les interactions pour mieux la comprendre. Déjà un doute trottait dans ma tête sur le fait que mon succès ne vienne pas de ces techniques mais bien plutôt de ma confiance interne .

 

séducteur

 

 

L’art de séduire : comment rester naturel ?

 

L’art de séduire peut être naturel et certaines personnes n’ont aucune difficulté à plaire mais il peut également s’apprendre. Certaines personnes ont des dons naturels en séduction. D’autres évoluent en fonction des situations et s’améliorent avec le temps sur le sujet. On peut comparer cet art de séduire à la peinture, la danse, le théâtre ou encore la musique.

 

Certains artistes ont des prédispositions, d’autres s’entrainent durement et finissent par avoir également du succès, tout au moins à avoir des résultats satisfaisants. Certains s’arrêtent à la première inconnue qui veut bien d’eux. Moi j’étais plus exigeant !

 

En réalité comme tout art, l’art de séduire a une partie naturelle innée à chaque personne et une partie qu’on peut apprendre, bien que la plupart des gens, par égo certainement, n’aime pas l’entendre. Comme tout art, l’art de séduire doit également être fait avec envie et passion.

 

J’avais l’intuition qu’il y avait des manières de rester naturel et séduisant. Que le bonheur n’était pas juste d’enchainer les conquêtes… Mes amis et ma famille m’ont par la suite fait revenir à la réalité. J’ai donc décider d’arrêter la manipulation et travailler en profondeur sur moi. J’ai décidé d’être un homme honnête et de changer ma communication avec les femmes.

 

Après cela mes relations ont complètement changé. Je suis coach aujourd’hui mais apprend aux hommes à rester eux mêmes et séduisant. Avec une vraie formation de coach professionnel reconnue d’état rncp. Un diplôme de thérapeute pour VRAIMENT AIDER. Pas juste valoriser stupidement mon égo.

 

Comment j’en suis arrivé là ? Si vous voulez savoir comment…

Voici la suite de mon histoire sur la séduction sincère.