Comment séduire avec le développement personnel ? Dans la partie 3 j’avais découvert qu’il me fallait être honnête dans ma communication pour mieux séduire et m’épanouir. Cela passe forcément par un développement personnel.

 

Comment mélanger développement personnel et séduction ?

 

Je ne voulais pas commencer à parler de quelque chose sans savoir ce que les autres avaient écrits sur le sujet. Je suis allé à la Fnac et j’ai plongé dans les auteurs tel un poisson dans l’océan. La suite c’est ce que nous allons voir dans cet article.

 

 

Découverte du développement personnel

 

Il y a une vraie différence entre les courants de pensées de la psychologie et philosophie et celui du développement personnel. Le développement personnel propose une approche par une psychologie positive orientée solution. Il invite à une introspection de sa vie et de sa façon de percevoir son passé pour avancer dans ses actions futures. Il projette aussi dans le présent pour réussir ses projets et transformer ainsi ses rêves en réalités concrètes.

 

Le terme “Développement” propose l’idée du progrès individuel pour un développement collectif. Le changement passe d’abord par soi.

 

Le terme “Personnel” invite à réfléchir à ce que l’on espère de sa vie en partant de ce que l’on est.

 

J’ai lu des dizaines de livres sur le sujet puis mis en pratique un certains nombres de principes pour atteindre un état bien particulier.

 

Certains livres m’ont vraiment provoqué des épiphanies, des déclics mentaux qui remettaient en question mes croyances passées. “Les quatre accords toltèques” notamment ont changé ma vie.

 

dev perso

 

 

Anti-formatage et déconditionnement

 

Le développement personnel m’a ramené à la spiritualité à travers Don Miguel Ruiz “les quatre accord toltèque”, le Tao Te King puis Eckart Tolle.

Les quatre accords toltèques m’ont fait réaliser que tout est relatif et qu’il n’y a pas de règles autres que celles dictées par l’homme. Nous sommes conditionnés par notre environnement, notre éducation ainsi que nos expériences passées. Comment faire pour s’en extraire ?

 

Ces accords sont ceux des guerriers de l’esprit : Les toltèques. Ces guerriers ne se battent pas contre d’autres humains pour être les meilleurs mais contre eux-mêmes dans une quête d’authenticité, d’anti-formatage et de déconditionnement.

 

L’humain est conditionné dès son enfance par le langage puis par les règles. Le mot “arbre” que l’enfant apprend lui retire la perception libre qu’il en avait avant auparavant, perception basé sur son ressenti. En apprenant le langage, l’enfant rentre déjà dans un moule. Le second conditionnement vient très rapidement après avec les règles : Ce qu’il faut faire et ne pas faire.

Ces règles sont suffisamment fortes pour que l’adolescent s’auto-culpabilise seul s’il ne les suis pas. Après trois jours sans se doucher, il se rappelle que ce n’est pas bien. De la même manière il mange avec ses couverts. Et il suit donc seul les normes inculquées par ses parents et la société.

 

 

Les quatre accords toltèques : guerriers de l’esprit

 

Ces règles peuvent être utiles pour son bien-être mais sont le plus souvent limitantes. Comme les vestiges d’un temps passé qui n’a plus rien à avoir avec l’époque et le contexte présent. Ainsi de génération en génération, on hérite de règles rarement remises en cause. En quoi la règle sert-elle ou limite l’humain ? Et si on fait l’opposé de la règle, que se passe t-il ?

 

Quand on ne sait pas que c’est impossible, on essaie. Plus il y a d’expériences négatives passées liées au règles et plus on est bloqué.

 

Cette prise de recul invite à réfléchir sur les concepts de “croyances aidantes” ou “croyances limitantes” (celles qui nous bloquent).

 

Plus une société est vieille et plus les traditions s’installent, comme des habitudes, et sont difficiles à changer. A nous donc de prendre de la hauteur sur nous-mêmes et les autres pour réfléchir de manière pragmatique à leur utilité. Pas juste à les accepter comme un réflexe conditionné cependant.

 

 

Les accords toltèques

 

Ils servent l’homme en donnant des croyances aidantes pour l’harmonie de nos relations :

  1. parole impeccable (Il parait urgent d’apporter aux autres des paroles qui puissent les aider et les faire avancer et non pas des étiquettes négatives),
  2. quoi qu’il arrive ne pas en faire une histoire personnelle (De la même façon, personne ne peut nous définir avec ces mots),
  3. ne pas faire de supposition (il n’est d’aucune utilité de supposer le futur ou d’interpréter le passé, seul le présent compte, le reste n’est qu’interprétation),
  4. faire de son mieux (Seul le présent compte et dans le présent je fais de mon mieux avec indulgence envers moi-même pour respecter les trois autres accords)

 

L’idée est de ne pas projeter nos croyances sur les autres. Ainsi que de ne pas prendre les croyances des autres comme des vérités pour nous-même. La plupart du temps nous projetons nos envies, nos peurs et nos réussites sur les autres en pensant que c’est vrai parce que ça a marché ou raté pour nous. C’est une erreur, ce n’est que notre interprétation de la vie.

 

Si la vie est un territoire, notre vision de ce territoire n’est qu’une carte et ne retrace aucune vérité. Comme la vision des autres (réf à la PNL : la carte n’est pas le territoire).

 

 

Compétition acharnée VS spiritualité

 

competition

 

Contrairement aux pua qui se base sur les fondements de notre animalité. Où l’homme vie pour la beauté superficielle de la femme et se sert de la compétition pour démontrer sa viabilité auprès d’elle.

 

Les toltèques fondent leurs valeurs sur la connaissance d’eux-mêmes et le détachement des règles sociales.

 

Les puas expliquent que si l’on ne souhaite pas finir frustré et déprimé, il faut vivre pleinement notre vie affective et compétitive. Il nous faut donc nous détacher des idées reçues imposées par le dogme religieux ou les mœurs sociétales et nous rapprocher de notre animalité, notre bonheur originel, pour le comprendre, mieux le maitriser.

 

Les toltèques s’extraient de ce modèle en se plaçant comme observateur plutôt qu’acteur pour donc mieux le dominer (méta-modèle). Cette vision de l’homme comme d’un animal social restant limitative.

 

En se détachant du conditionnement humain et de la valeur du toujours plus sans but, de la compétition et la performance acharnée, on trouve son vrai adversaire qui n’est autre que soi-même. On devient ainsi de manière assez surprenante plus performant en séduction.

 

 

Le mâle Alpha, Béta et oméga

 

En éthologie (étude des animaux), le mâle alpha serait dans le règne animale celui qui féconde toutes les femmes et dirige la meute. C’est le mâle dominant, le leader. Le Beta serait son opposé, le soumis.

 

Connaissez-vous le mâle Omega  ? Ce n’est ni un mâle beta ni un mâle alpha c’est un mâle solitaire et indépendant, sans meute. Il vit en se promenant de meute en meute. C’est lui qui permet la diversité des espèces et le mélange des races. D’autre part chaque groupe social de plus de 2 personnes dépassent le concept alpha-beta. Ils se comporte donc sur des classes beaucoup plus complexes mais cela Mystery n’en parle pas dans un but de simplification à l’usage des bons PUA ! On nous fait croire qu’on a besoin de se battre pour réussir…

 

Les idées d’alpha sont aussi utilisées par les médias pour nous manipuler : sexe, violence, argent, star et célébrités. J’ai décidé de n’avoir rien à réussir à part d’être moi-même. C’est déjà suffisamment de travail pour ne pas s’encombrer d’idées d’opposition et de dominance homme-femme. Mon combat est celui du guerrier de l’esprit pour me déconditionner et devenir libre. Je suis un toltèque oméga 😉

 

J’ai donc changé ma démarche de séduction et beaucoup plus de femmes m’ont aimé et respecté pour cela. C’est la démarche de l’épanouissent relationnel, l’autre est un allié pas un adversaire.

 

 

Du développement personnel à l’épanouissement relationnel

 

Après avoir rencontré de nombreux coach et de nombreux guides spirituels j’ai décidé de créer ma propre méthode avec mon expérience de la séduction mélangée au développement personnel. J’ai ainsi créer Épanouissement relationnel.

 

développement collectif

 

Dans la suite de mon histoire vous verrez la création de ma propre méthode et les bases concrètes sur lesquelles elle se fonde. J’ai voyagé seul pendant des mois en Amérique Latine, coaché dans vingt pays différents. J’ai rencontré Anthony Robbins, un coach milliardaire américain à l’UPW de Londres, j’ai marché sur le feu. La suite dans :

 

Partie 5 : Vaincre ses peurs pour atteindre l’harmonie